Aller au contenu principal
  • Portrait d’ambassadeur 
    Down Up élève le regard sur le handicap

    Depuis sa naissance dans les années 80, l’association Down Up se bat pour faire changer le regard porté sur le handicap. Basée à Arras, elle déploie les conditions favorables à une meilleure inclusion de ses bénéficiaires dans la société actuelle et de demain.

  • Au cœur d’Arras, au sein des locaux spacieux de Down Up règne une ambiance chaleureuse créée par les bénévoles et les personnes accompagnées. C’est ici qu’Emmanuel Laloux préside l’association dans laquelle l’humain y est central.
    « J’ai pris part à l’association à la naissance de ma fille en 1985. Down up rassemblait des parents qui voulaient offrir à leur enfant porteur de trisomie 21 les moyens d’intégrer un parcours ordinaire », raconte-t-il. Dans cette lignée, de nombreux parents comme Emmanuel Laloux se sont battus pour faire changer le regard porté sur le handicap et ont créé au fil des années un accompagnement construit en fonction des besoins, des demandes et de l’autonomie des bénéficiaires. 

    En pleine activité cuisine dans les locaux de Down UP
    En pleine activité cuisine dans les locaux de Down UP


    Regarder les compétences et non la déficience

    « Si on vient chercher un enfant avec un taxi étiqueté "inadapté", qu’on le conduit dans un établissement pour "personnes inadaptées", il sera "inadaptable" », martèle Emmanuel Laloux. « Ici, on regarde les compétences et non la déficience ». Depuis près de 40 ans, cet étendard conduit les actions de l’association pour donner aux porteurs d’handicap intellectuel la possibilité de se former, d’habiter, de travailler, de vivre pleinement l’inclusion dans la société. 

    Et pour développer le cadre de formation à l’accompagnement de ces personnes, Down up utilise le concept du « malade-expert » : le bénéficiaire est finalement la personne la plus à même d’exprimer les besoins et la manière d’y répondre. Respect, écoute et attention sont alors des mots qui trouvent leur force par les relations humaines tissées avec les personnes en situation de handicap.

  • Un environnement favorisant l’épanouissement

    « C’est l’écosystème environnemental de la personne qui la met en situation de handicap », précise Emmanuel Laloux. Pour changer la donne, Down Up propose dans ses locaux d’Arras différents espaces dans lesquels les bénéficiaires sont accompagnés lors d’activités telles que la cuisine ou le jardinage organisés avec L’Engagement Simone. « On crée des ouvertures vers l’extérieur, comme des passerelles pour ne pas tomber dans l’isolement ou l’entre-soi. » 

    De cette manière, Down Up crée un écosystème assurant « l’après-parent » en accompagnant les personnes fragilisées vers l’autonomie. Aujourd’hui, Down Up est un véritable tiers-lieu sociétal, « un lieu qui accompagne les personnes fragilisées et qui permet la véritable intégration, celle à l’échelle du quartier, de la ville et peu à peu du territoire », explique Emmanuel Laloux.

  • L’ambition de créer un environnement propice à l’autonomie en soulève alors une autre : la volonté de « faire en sorte que la société s’ouvre aux personnes en situation de handicap », indique-t-il. C’est l’exemple du programme d’habitat Vis ta vie localisée à L’îlot Bon Secours à Arras qui a été créé. Parmi 60 logements destinés à des seniors et famille, 10 logements sont dédiés à des personnes à handicap. 

    Ou encore les différentes actions de partenariats avec des entreprises arrageoises qui apportent un regard différent. « Une personne en situation de handicap intellectuel peut ainsi apporter au sein d’une entreprise une véritable valeur ajoutée humaine », explique Emmanuel Laloux qui a su convaincre dans le milieu professionnel. « Aujourd’hui, certains bénéficiaires sont en contrat à durée déterminée depuis plus de 15 ans ! » Down Up s’est même rapproché de la coopérative Coop Connexion, et réfléchit aux moyens de proposer aux personnes en situation de déficience intellectuelle de proposer des services différents au sein de leur propre entreprise. 

    Down Up poursuit ainsi sa recherche de solutions aux différentes situations de handicap avec le défi de transmettre et d’essaimer un jour ce modèle d’association complexe. En gardant la même lignée de pensée chère à l’association : « Qu’importe si j’ai une déficience, je peux être et vivre dans la société comme tout un chacun. » 

  • ---
    Une action qui détonne avec l’Engagement Simone

    « Les entreprises aiment proposer des actions de Team Building qui détonnent. Mais avec Down Up, c’est la rencontre qui détonne », sourit Emmanuel Laloux. Durant deux demi-journées, les salariés de l’entreprise For & Vert ont rencontré des bénéficiaires de l’association Down Up. Dans l’immense cuisine, un duo salarié-bénéficiaire Down Up cuisine des légumes frais. Dans la cour, d’autres binômes sèment et décorent des carrés potagers qu’entretiendra l’association. Derrière cette rencontre ? L’Engagement Simone, start-up qui tisse des liens entre entreprises et associations locales. « Nous avions proposé trois projets solidaires co-construits avec des associations différentes et Fort & Vert, qui avait un engagement Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) a choisi celui proposé avec Down Up », raconte Benjamin Huarte de l’Engagement Simone. Avec Sofia Millardet, ils ont préparé les ateliers et accompagnent le bon déroulement de l’action, de la mise en place à la coordination en passant par l’animation de ces temps de rencontres et de partage. « Pour Down Up, c’est une nouvelle opportunité de changer le regard porté sur les personnes porteuses d’handicap, explique Emmanuel Laloux. Mais aussi de convaincre une entreprise de passer le cap de l’embauche. »  

    ---
    En chiffres, Down Up, c’est …

    •    65 personnes en situation de handicap présentes aujourd’hui à l’association ;
    •    15 personnes qui habitent et qui sont accompagnées par Down UP, auxquelles s’ajoutent 6 personnes dans l’année dans une maison partagée.
    •    1 habitat du bailleur social Pas-de-Calais Habitat, composé de 70 logements avec Vis ta vie – Down UP, des espaces partagés mais aussi des espaces ressources pour le quartier avec une crèche interentreprises de 32 berceaux notamment.
    •    2 films documentaires dont J’irai décrocher la lune, réalisé en 2020 et rassemblant les témoignages de bénéficiaires de Down Up

    ---
    Contact :

    Site internet : Down Up (https://www.down-up.fr/)
    21 Rue Paul Adam - 62000 ARRAS
    Tél : 03 21 48 61 14
    downup@down-up.fr