Aller au contenu principal
  • Dans le Valenciennois et le Cambrésis, un ensemble d’acteurs de l’économie sociale et solidaire se sont réunis en un collectif : Phare (Pôle Hainaut-Cambrésis des Acteurs Réunis de l’ESS). Leur objectif ? Mailler leurs actions sur le territoire qu’ils couvrent pour s’enrichir, se structurer et semer les graines de l’ESS. Depuis décembre 2021, ce pôle est lauréat d’un appel à manifestation d’intérêt lancé par le secrétariat d’Etat chargé de l’économie sociale, solidaire et responsable avec un projet commun : valoriser et rendre autonomes celles et ceux qui font le territoire d’ancrage de Phare. 

    Journée activité solidaire
    Au sein du collectif Phare, le bien-être au travail passe par des actions telles que la journée d'interconnaissance "Sport solidaire" organisée en septembre 2021. 250 personnes s'y étaient retrouvées pour participer à différentes activités. 

     

    Dans le Valenciennois-Cambrésis, le « un pour tous, tous pour un ! » ne fait pas que la devise des Trois Mousquetaires. Une quinzaine d’acteurs de l’économie sociale et solidaire se l’est appropriée depuis 2017 autour du collectif : Phare. Comme Poinfor à Valenciennes : « Grâce à cette structure de la formation et de l’insertion, nous avons mis au point un garage solidaire. Il forme des personnes en insertion à la réparation de tondeuses, de machines thermiques, de voitures… Toutes les structures de Phare font désormais appel à l’atelier pour réparer leurs véhicules et leur matériel à moteur thermique. Et les particuliers, sous certaines conditions de revenus, bénéficient de ces services », explique Charles-Eric Granier, chargé des relations entreprises chez Phare. Même envie de collectif pour ACIAE à Cambrai, Action à Caudry, Capep à Lourches et Poinfor : « Ces quatre acteurs de l’insertion ont travaillé ensemble sur la mobilité de leur public aidé et proposent désormais des points de location pour une semaine ou un mois de vélos, vélos électriques ou trottinettes à tarif solidaire », ajoute-t-il. 

  • Mobilité, travail, insertion, handicap… Depuis quatre ans, Phare fait mûrir des initiatives diverses qui émergent du groupe d’acteurs et nourrissent les besoins du territoire, en donnant toute la place au « faire avec » Une conception du collectif que résume Gérard Dechy, co-fondateur et co-président mandataire de Phare par la devise : « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin » et qui a fait mouche auprès d’Olivia Grégoire, Secrétaire d’Etat en charge de l’économie sociale, solidaire et responsable. Avec son projet « Auton’Hommes », autour de l’idée de « rendre autonomes les personnes qui font le territoire du Valenciennois-Cambrésis », précise Charles-Eric Granier, Phare est lauréat depuis décembre 2021 de l’appel à manifestation d’intérêt « Pôle territorial de coopération économique (PTCE) - Emergent ». Durant deux ans, il bénéficie d’un accompagnement et d’un financement pour soutenir ses projets.

  • ACIAE à Cambrai, Action à Caudry, Capep à Lourches et Poinfor, quatre acteurs de l’insertion qui ont travaillé ensemble sur la mobilité de leur public aidé en proposant désormais des points de location pour une semaine ou un mois de vélos, vélos électriques ou trottinettes à tarif solidaire.

    Irriguer l’économie classique
    Une fierté pour les 17 acteurs, labellisés et reconnus « PTCE » parmi lesquels un acteur de la formation, un garage solidaire, une mutuelle, une auto-école, une maison du vélo, une association culturelle, … jouant tous sur un même territoire et dans une seule équipe aux couleurs de l’économie sociale et solidaire. Ensemble, ils couvrent des secteurs variés et portent les valeurs communes « d’un développement humain, solidaire et durable ». 

    « Chaque acteur n’est pas dilué et conserve son identité et ses activités propres », souligne Gérard Dechy. « Phare, ce ne sont pas des services ou des produits, poursuit David Cambier, l’un des cinq co-présidents, mais avant tout un collectif d’acteurs, rassemblés de leur propre initiative avec l’idée de se qualifier, de créer des échanges de bonnes pratiques, de construire des réponses communes aux marchés publics et des projets innovants répondant aux besoins du territoire. » 

    Leur but ultime ? « Irriguer l’économie classique ! », renchérit Gérard Dechy qui déplore de voir les acteurs de l’économie sociale et solidaire « fonctionner en vase clos ». « Et pour cela, nous souhaitons, par exemple, former des gens adaptables, proposer des services, travailler sur la responsabilité sociétale des entreprises… en faisant tomber les idées reçues sur l’insertion et le coût des services. Le label PTCE émergent nous donne d’ailleurs un cadre formidable pour travailler avec l’économie classique ». Et David Cambier d’ajouter : « Notre objectif, c’est aussi d’amorcer des réflexions sur les transformations sociétales : autour du travail, des relations employeurs-salariés par exemple. »

  • Du temps pour trouver la confiance
    Comment a poussé ce collectif ? Gérard Dechy cite comme ingrédients fondateurs : « l’envie commune des acteurs de travailler ensemble et une volonté d’accompagnement des pouvoirs publics. Dès 2017, certains acteurs comme AJAR, CAPEP, ESPOIR AVENIR, … pensaient déjà au collectif. Et sur le territoire, on souhaitait trouver des solutions au problème pesant de la disparition des structures ». Pour David Cambier, ce sont « Le temps et la confiance. En 2019, nous avons bénéficié d’un dispositif d’accompagnement local (DLA). Le cabinet Mouvens nous a aidés à nous connaître, à sortir des logiques de défiance. » Et tous sont unanimes sur la mécanique de la gouvernance choisie par Phare. « Côté représentativité, nous avons adopté l’idée d’un couple salarié-administrateur dans les instances. C’est une question de démocratie qui permet d’asseoir le rôle des bénévoles, des salariés, autant que des administrateurs », appuie Gérard Dechy. 

    « Aujourd’hui, nous obtenons des premiers résultats de coopération en ayant décidé de regarder de cette façon dans la même direction et de dégager du temps de réflexion et d’ingénierie », poursuit-il. Les projets et envies ne manquent pas au collectif qui se réuniront en comité de pilotage début février. Outre les projets innovants qui décantent de la mise en commun des savoir-faire des acteurs, « nous souhaitons créer une fondation territoriale et une cellule d’incubation de projets », annonce David Cambier. 

    S’il est difficile pour ses membres de donner la recette du collectif, Phare mise sur la recherche telle que le  Centre de recherches interdisciplinaire en sciences de la société (CRISS), laboratoire de  l’Université Polytechnique des Hauts-de-France à Valenciennes pour la décrypter, comprendre le fonctionnement des acteurs du collectif et étudier les possibilités de transfert sur d’autres territoires. Et ainsi guider les acteurs de l’ESS vers la voie du collectif.

  • En chiffres, Phare c’est :

    Chiffres clés de Phare

    • 1 territoire
    • 3 salariés
    • 1200 emplois sur le territoire
    • 17 structures adhérentes
    • 25 M€
    • 25 000 personnes accompagnées
       
    • 17 acteurs dans le Valenciennois et le Cambrésis :

    - Dans le Valenciennois : 
    Actif CNT
    Ajar
    Atis
    Capep
    Espoir Avenir
    Flac
    Handélice
    Iris Environnement
    Mutuelle Just
    La clef du permis
    La Maison du vélo
    Poinfor
    Vincent Lhermite habitat

    - Dans le Cambrésis :
    A.C.I.A.E
    Action
    Aril
    Arpe

  • Contacts et informations :
    PHARE
    84 rue du Faubourg de Paris 
    59 300 Valenciennes
    www.associationphare.fr

    Charles-Eric Granier
    Chargé des relations entreprises
    charles-eric.granier@associationphare.fr 
    07 68 60 69 84 

    Stéphane Tartare
    Chargé des développements
    stephane.tartare@associationphare.fr 
    06 43 37 51 12